BIENVENUE DANS CITY LA VILLE NOIRE

Sachez bien qu'il s'agit d'un forum RPG basé sur un monde vampirique et policier et non autres, inutile de vous inscrire si vous pensez que cela est un forum de discussion. Nous sommes à city en 2019. City, une ville jadis tranquille se voit bousculée par d'innombrables meurtres non élucidés.

Nous demandons 10 lignes de RP Minimum. Nos présentations sont complètes, vous avez 1 semaine pour vous présenter sinon vous serez supprimer ( exception en envoyant un MP aux administrateurs ). Ambiance assurée. Nous recherchons des gens motivés pour jouer Jeff Brodie & Alexander de Lioncourt (URGENT) que vous pourrez retrouver dans la section prédéfinis. Ainsi que plein d'autres, nécessaires pour l'évolution de l'intrigue et du forum.

N'hésitez plus.....Vamp City vous attends !




 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
■ Partez à la découverte de Vamp City
■ N'oubliez pas de signaler vos absences.
■ Prédéfinis (urgent) famille Lioncourt & Famille Besh<
■ Un problème avec le forum MP Elecktra & Sérèna & Sunako & Yusuke
■ Pensez à voter pour le bien-être du forum !

■ Bientôt la fête de la musique dans City ! Plus d'infos
■ Découvre la Trame de l'intrigue
■ Bienvenue à Selene Besh
Un partenariat ?
Le forum est actuellement en reconstruction ( niveau design et prédéfini), merci de votre patience.
& bonne vacance à vous !!

Forum optimisé pour Mozilla
Le staff

Partagez|

Taion [ Maryweather ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jonathan Aaron Butcher

avatar



● Copyright : A[-]P

● Age : 26

● JOB : Chaumeur

● LOGEMENT : n'importe où loin des caves..

● YOUR FEAR ? : Nos visages entiers se tournent vers l'exile, Et nos bras qui s'étirent jusqu'à frôler les cimes. On rêve sans trêve et en laissant couler Dans nos veines le sang libre de nomades oubliés ... Ne referme pas ces fers sur mes poignets.


MY LIFE
● A SECRET ?:
● BOOK OF THE CHARACTERE:




MessageSujet: Taion [ Maryweather ] Sam 29 Aoû - 0:46

Le souffle rauque, un regard glacial dans les yeux, le jeune homme se trouvait en bas de cette petite auberge où il avait élu domicile depuis un petit moment déjà. Oui, il avait passer un moment dans cette grande chambre où il s’était trouvé en la compagnie d’Ezequiel. Ce qu’il était, il n’en savait rien, absolument, et, de toute manière, sa manière de réagir ne changerait pas s’il était le roi du pentagone. Et rien n’aurait pu faire changer ses attitudes, froides et distantes, quelque peu respectueuses pour celui qui sait comment le lire. Surtout étant donné son passé. Mais ça qu’est-ce qu’il en savait. Et puis, après tout, si ç ase trouvait, il en connaissait plus sur lui que lui même, ça ne serait pas tant étonnant que ça. Et qui disait réellement qu’il ne faisait pas partis de ces cons. Son regard. Oui, mais beaucoup de choses peuvent échapper à sa raison, et il le savait très bien. Après tout, les marques sur son corps en étaient la preuve. Alors s’il pouvait lui faire confiance, le jeune homme resterait méfiant tout de même. C’était sa nature à présent. Cette bête furieuse qui s’agitait en lui n’était autre que lui même et il le savait parfaitement. Le sang sur ses mains ne faisait que le prouver. Il s’était passer quelque chose là bas. Quelque chose qu’il avait voulu faire disparaître de sa mémoire, quelque chose e trop dur à supporter, mais quelque chose qui l’avait complètement changer. De sorte qu’il devienne ainsi, un tueur avec cette envie dévorante de se venger, de voir le sang couler. Le sang. Le sien s’était bien souvent répandu, peut être trop, mais pas assez pour le réduire à néant. le sang qu’ils cherchaient tellement a boire, celui qui leur valait la vie. Quelles vies d’enflures il avait conforter comme ça ? Combien le prendraient de nouveau s’il se laissait faire, s’il ne s’en sortait pas de nouveau. Il était sorti, s’en était tirer avec une incroyable chance. Sauf qu’il en avait tuer deux déjà, avant ce jour. Rien qu’avant ce jour il avait eut la preuve que sa mort ou sa capture n’était pas obligatoire.

Le souffle rauque et un regard glacial..

Ils avaient rient au début, sauf un, un seul qui semblait fasciner, par ce gosse, cet humain faible et prétentieux qui pourtant ne fuyait pas, ne respirait pas la crainte comme ils l’avaient tout d’abord penser. Après tout, il leur avait échapper mais savait parfaitement ce qu’il pouvait se passer dans ces lieux sordides, entre leurs mains, sous leurs crocs. Sauf qu’il n’avait pas cette attitude soumise qui était bien souvent le lot des prisonniers. Ils en avaient amener deux avec eux. Deux chanceux qui étaient sortis des cachots pour venir les servir, pour obéir au moindre de leurs ordres. Le tuer. L’obligation du jour. Et ça n’était pas ce regard suppliant qu’ils avaient tous que ,lui, avait lancer, ce fut l’un de ces regards qui le caractérisaient tant, souriant, froid, provocateur. Attaque. C‘était ce qu’ils avaient fait, ils en étaient morts. Il avait toujours sut se battre, toujours sut ou frapper pour faire mal, pour assommer, pour tuer. Sauf qu’il ne s’était jamais résigner à la dernière option. C’était la rue, tant d’autres le faisaient. Mais les mentalités changent, même la sienne. Et il était loin d’être le même. Un gars bien. Celui là était mort, le gosse était enfouis, le jouet s’était fait la male. Les larmes avaient précéder les cris qui avaient laissé place aux sourires moqueurs. Un vampire blessé, deux de leurs chiens morts, et celui là qui ne le quittait pas, qui souriait, étrangement, dans un coin sans faire un pas en avant alors que les autres avaient perdu tout leur sourire à la vue de leur camarade blessé. Il avait eut de la chance, lui le savait, pas eux. Mais il fallait croire que s’il n’avait jamais été l’élu du nombre 7, il le devenait une fois sa vie mise réellement en danger. Éclair à ses côtés, instinctivement, le jeune homme avait bondis, et il s’était avérer que le coup ne l’eut manquer que de peu. Les prochains, il ne pu les éviter tous, réussissant pourtant a toucher de nouveau l’un deux. Non, il n’était pas un chasseur, n’avait aucun moyen de réussir à s’en sortir réellement. Pourtant, il ne fuyait pas; n’avait même pas essayer une seule seconde, au contraire, il semblait partir de plus en plus brutalement à l’assaut de sa propre mort, se jetant sur ce qui signifiait sa fin avec un sourire étrange. Amusé. Joueur. Oui, il jouait, la situation l’amusait réellement à un point inimaginable pour un humain.

Une main se referma sur son bras sans même qu’il comprenne d’où elle venait, l’envoyant valser contre l’un des murs de cette vieille bicoque qu’ils allaient finir par foutre réellement en l’air. Mais ça n’était pas vraiment sa première préoccupation. Survivre. Jouer. Faire couler le sang malgré la perte du sien. La douleur s’était fait fulgurante lorsque le garçon avait frapper le mur, sentant quelque chose se briser en lui tendis qu’un léger craquement se faisait entendre pour les plus proches. Son épaule gauche. Le bras pendant, il se releva pourtant immédiatement, comme si à force de se prendre des coups, il avait apprit à les encaisser sans un mot, et là, il le fallait. Le visage relever, il vit tous les autres reculés, et le vampire qui l’avait observer devant eux. C’était lui qui l’avait balancer, et il le savait parfaitement, tout comme il savait qu’ils jouaient avec lui.

Tout comme ils savaient qu’il jouait avec eux.

Lame à la main, le garçon s’était lancer sur lui. Le premier coup avait été évité, sa lame s’était enfoncée quelque part, il ne savait pas. Tout était devenu noir, brutalement très noir.

Lorsque le jeune homme reprit connaissance, se fut lorsque son corps toucha la surface dure du sol de ce qui pouvait être une cellule, se redressant immédiatement sans totalement se relever, préférant rester proche du sol pour pouvoir garder toute stabilité, prostré dans une position presque bestiale. Quelques doigts de sa main droite effleuraient le sol, comme s’il se préparait à s’élancer contre le type qui venait de le balancer. Mais ça n’était pas celui auquel il se serait attendu. Ça n’était pas le vampire, mais quelqu’un d’autre, un lycan sûrement. Celui ci lui jeta un petit sourire avant de refermer une lourde porte. Mais avant que celle ci ne se referme, le jeune homme l’avait bloqué, son regard haineux braquer à quelques centimètres du visage de son geôlier. Échange de regards, froids et indolents. Le mouvement du lycan qui avait suivit, le jeune homme pu à peine le voir venir, se jetant en arrière, il vit la porte se refermer sous un sourire. Sensation de chaleur contre la peau de son ventre. Il l’avait entaillé, mais pas de beaucoup. Pas assez pour que ça l’intéresse.

« Merde. »

Pourtant le ton du garçon était parfaitement calme. Il s’était fait avoir. D’accord, mais ça, il se doutait que ça arriverait. Ce qu’il ne savait pas, en revanche, c’était que ça ne serait pas les vampires qui le feraient. Un Lycan. Ou autre chose, ça n’avait d’intérêt que les faiblesses qui découlaient de cette information. Passant la pièce en revu, l’Humain ne pu que se rendre compte qu’elle ne contenait aucune fenêtre mais une lucarne minuscule par laquelle une lumière crasseuse passait à peine et de petites lueurs filtraient à travers la porte et une ampoule se balançait au plafond, très faible, elle lâcherait sûrement d’ici peu. Il n’était pas seul, deux personnes, deux prisonniers se tenaient là. Une femme et un homme.

« Qui s’est ? »

Désignant d’un geste de tête la porte qui ne se réouvrait pas avant un moment, le garçon se tourna vers les deux autres, mais l’homme ne semblait pas très enclin à lui répondre. Il avait laisser tomber, était mort depuis longtemps. Plus que de la bouffe vivante aux yeux du tueur. Alors il s’en remit à la jeune femme, rivant son regard sur elle, toujours distant et froid, cela dit, bien moins provocateur qu’il l’était face à ceux qui comptaient bien l’emprisonner. Pourtant il exigeait une réponse, sans se penser supérieur, comme s’était bien souvent le cas chez bien des gens. Mais ça n’était pas le cas chez lui. Non, il n’était ni fou, ni impérieux, ni imbu de lui même, il voulait juste sortir et voir le sang de ce type couler à son tour. Et, surtout, il n’avait aucune envie que le cauchemar ne recommence. Ce qui ne pouvait pas arriver..

.. puisqu’il s’amusait.

Ce qu’il ne savait pas, en revanche, c’était que le maître des lieux n’était pas là, et que ce qui l’avait attrapé n’était rien d’autre qu’un sous fifre.

[attend avant de répondre, jvais voir si le cher proprio est d'accord avec le principe XD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maryweather Valence

avatar



● Age : 28

● JOB : Poupée de compagnie de Lucas

● LOGEMENT : Dans le repère du clan Alexander

● YOUR FEAR ? : Ne jamais pouvoir recouvrer ma liberté

● YOUR DREAM ? : Qu'un ange se pose sur mon épaule et m'aide à me sortir de là.


MY LIFE
● A SECRET ?: Je suis l'esclave d'un lycan
● BOOK OF THE CHARACTERE:




MessageSujet: Re: Taion [ Maryweather ] Ven 4 Sep - 23:10

Cela faisait presque un an que j'étais devenue le jouet personnel de Lucas, un an de calvaire ou j'avais essuyé les humiliations, la torture, ses geste lubriques...ses sous entendu douteux, et son obsession à faire de moi une poupée. Depuis mon arrivée ici, je ne portais que de jolies petites robes couleurs pastelles, souvent avec dentelles et corset, nœuds et bouclettes...je détestais être habillée de cette façon...j'approchais 19 ans et pourtant, ce malade continuait à m'habiller comme si je n'étais qu'une enfant, me figeant dans le temps.

Je ne savais pas d'ou Lucas tirait plaisir de me vêtir ainsi mais je maudissais ses tenues. D'autres auraient probablement tuées pour pouvoir porter ses tenues de princesses mais moi je les exécrais. Tous les jours je devais être bien coiffée, bien fardée...cela me donnait envie de vomir. J'avais pourtant essayé de comprendre pourquoi est-ce qu'il me coïnciderait d'une telle manière mais je n'avais jamais obtenue de réponse franche. C'était bientôt l'anniversaire de la mort de ma soeur aînée de quelques minutes...

Katherina avait été torturé, violée puis massacré devant mes yeux dans seulement quelques jours. Plus ce jour infernal avançait et plus je me sentais mal. Mal à en mourir...On dit souvent que c'était le premier anniversaire de la mort de quelqu'un qui était le plus douloureux mais je sentais qu'à chaque anniversaire, la douleur serait toujours aussi intense. Au fur et à mesure que ce jour arrivait, je me sentais à cran, ne supportant plus ces tenues de gamines de bonnes familles de l'ancien temps! J'en avais eu tellement assez que j'avais tout saccagé dans ma change qui était plutôt pour moi une cage.

J'avais découpé tous mes vêtements, jeté à terre toutes les belles petites choses qui décoraient ma chambre. Alerté par le bruit que je faisais, Lucas avait fait irruption dans ma chambre. Il resta de marbre comme d'habitude je lui jetais alors une chaise sur lui en espérant que cela lui fasse quelque chose. Veine tentative...il m'attrapa alors le bras avec violence et me projeta sans ménagement sur le sol. Je tombais sur des débris de verres...Lucas l'avait fait volontairement. Je sentais chaque morceau pénétrer impitoyablement ma chaise. Pour me relever, ce dernier tira mes cheveux blonds et me projeta sur mon lit. Alors avec sadisme il se mit à lécher mes plaies, je ne pu m'empêcher de ressentir un dégoût extrême. Je sentais sa langue lécher mes plaies tandis qu'il me griffait à l'autre bras. J'avais mal mais je ne lui faisais pas le plaisir de m'entendre hurler.

Finalement j'avais réussis à me dégager un bras puis je griffais violemment la joue. Cela se termina pas une gifle qui m'assomma. Je me réveillais dans le trou à rat ou je me trouvais actuellement. J'avais un goût ferreux dans la bouche, il avait du me blesser la lèvre lorsqu'il me frappa.
J'avais repris mes esprits auprès d'un autre esclave...celui-ci semblait éteint depuis un bon moment, je ne lui parlais pas. C'est alors que la porte s'ouvrit avec fracas je regardais la scène, il s'agissait d'un gorille d'Alexander...


C'est alors qu'il demanda qui était le type en question:

"Il s'appelle Hector...le QI d'une poule mais très efficace pour faire parler les gens..."

Dis-je d'une voix ténue mais claire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jonathan Aaron Butcher

avatar



● Copyright : A[-]P

● Age : 26

● JOB : Chaumeur

● LOGEMENT : n'importe où loin des caves..

● YOUR FEAR ? : Nos visages entiers se tournent vers l'exile, Et nos bras qui s'étirent jusqu'à frôler les cimes. On rêve sans trêve et en laissant couler Dans nos veines le sang libre de nomades oubliés ... Ne referme pas ces fers sur mes poignets.


MY LIFE
● A SECRET ?:
● BOOK OF THE CHARACTERE:




MessageSujet: Re: Taion [ Maryweather ] Mer 9 Sep - 15:59

Son jouet personnel. Un an de calvaire ? Si le jeune homme avait entendu ça, bien sûr, une partie de lui aurait été bien amère et sèche. torturé durant plusieurs années de suites, enfermé dans un cachot insalubre, quelques fois attaché, pendu, ou bien laissé à même le sol, profitant d’un infime moment de calme pour pouvoir se reposer, avant que d’autres arrivent et se décident à tester sa rapidité, le court instant ou il arrivait à éviter avant de s’écroulé, trop faible pour continué. Trop peu de sang, trop peu de sommeil et de nourriture. Humiliations continuelles, chaire arrachée, membres brisés, plaies ouvertes continuellement, phalanges brisées, épuisement continuel. Oui, il avait servit de jouet aussi, aux hommes tout d’abord, et puis aux vampires. Juste pour s’enfuir enfin et devenir ce qu’il était à présent. Pourtant ça ne faisait pas bien longtemps qu’il était libre, mais cette rage qu’il avait accumuler alors que son esprit se perdait dans des limbes bien sombres et que son corps se faisait un peu plus brisé au fur et à mesure des jours, haine démentielle qui était venue le changer. juste pour lui offrir ce besoin de sang, bestial. Un loup en cage serait bien moins dangereux.

Alors, lorsqu’on l’avait attaqué, le jeune homme n’avait fait que sourire à cette agression. Crocs sortis, il leur avait répliqué, ironique, moqueur. Ce ne serait pas ça qui lui ferait peur à présent. Calme et violent. Étrange non ? Cherche a venir, cherche a planter ces crocs de nouveaux, un corps insensibilisé frappe sans se soucier de la douleur. Quelqu’un que les ombres ont recouvert depuis bien longtemps n’hésiteras pas pour sauver sa peau, il pourra se prendre nombre de coups, ça ne sera qu’à l’instant ou son corps ne refusera qu’il restera au sol, inerte. Et il ne l’avait été qu’une fois un coup asséné, violent, de quoi le faire perdre connaissance. Ce qu’il s’était passé ensuite, il ne le savait pas. Mais on l’avait emmener, il y avait eut un échange et le voilà là. Après de cette jeune femme qui avait été elle aussi un jouet, qui l’était toujours, contrairement à lui. Enfermé, à nouveaux, tout pouvait recommencer, mais, à peine avait il reprit connaissance, rebondissant contre ce sol froid, qu’il avait sut que rien ne serait pareil. Il n’était plus ce prisonnier, ce joujou qu’ils avaient torturer sans arrêt. La peur panique qui en aurait prit plus d’un dans sa situation ne l’avait pas même effleuré. Au contraire.

Vient, vient jouer, tu ne peux avoir le dessus.

Adrénaline.

Jouissance.

Tu t’es tellement jouer de ta propre vie que la mort ne saurait plus effrayer la moindre de tes cellules. Tu t’es tellement jouer de ta propre souffrance que ce sang ne sera plus jamais prit de force.

Crève dans cette sombre perdition. Détruit toi puisqu’ils n’y arrivent pas. Qui crois tu abuser ?

Le Lycan l’avait poussé en arrière, une certaine lueur dans son regard qui répondait à la sienne, provoquant, violent.

Approches toi. Accroches toi. Cette indolence, la supporteras-tu ?

Il avait disparu, calme, le mortel s’était retourné vers les autres, le prisonnier semblait perdu dans un monde qui n’appartenait qu’à lui. Pour ce qui était de la jeune femme, elle porta son attention sur lui quand il parla. Nouvel arrivage. Oui, peut être. Ce qu’il était pour ces abrutis, il ne le savait pas, mais il ne serait sûrement pas ce qu’ils avaient prévus. Du sang avait percé à certains endroits de ses affaires, prouvant l’existence lointaine d’une bataille et de blessures. Un peu blessée à la lèvre, la jeune prisonnière lui répondit sur un ton neutre. Ça faisait un moment qu’elle était là. Elle avait l’habitude.

« ça tombe assez mal, je n’ai rien à lui apprendre. »

Le regard évasif, il avança de quelques pas, tâtant sa cheville tout d’abord, puis le bas de son dos. Un petit sourire tacite apparu au coin de ses lèves. Il était toujours armé. Ce con n’y avait même pas pensé. Après tout, comment un humain pourrais se sortir de là ? Sauf qu’il s’était déjà sorti de bien des situations.

« Et c’est foutu comment ici ? Il est seul ou il y en a d’autres ? »

Rit, oui, je veux me barrer. Rit. Tu cesseras bien assez tôt.


Alors joue, piètre enfant, joue avec les démons de ton enfance, joue avec ces chimères incongrues, ces peurs hivernales, joue, puisque les règles t’échappent et s’évadent, qu’elles ne seront à jamais qu’un simple code lointain de ce qui aurait dû être tien.





Absente 23/07=>27/07 ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé










MessageSujet: Re: Taion [ Maryweather ]

Revenir en haut Aller en bas
 

Taion [ Maryweather ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AUTRES :: SUJETS TERMINES-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Vampire