BIENVENUE DANS CITY LA VILLE NOIRE

Sachez bien qu'il s'agit d'un forum RPG basé sur un monde vampirique et policier et non autres, inutile de vous inscrire si vous pensez que cela est un forum de discussion. Nous sommes à city en 2019. City, une ville jadis tranquille se voit bousculée par d'innombrables meurtres non élucidés.

Nous demandons 10 lignes de RP Minimum. Nos présentations sont complètes, vous avez 1 semaine pour vous présenter sinon vous serez supprimer ( exception en envoyant un MP aux administrateurs ). Ambiance assurée. Nous recherchons des gens motivés pour jouer Jeff Brodie & Alexander de Lioncourt (URGENT) que vous pourrez retrouver dans la section prédéfinis. Ainsi que plein d'autres, nécessaires pour l'évolution de l'intrigue et du forum.

N'hésitez plus.....Vamp City vous attends !




 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
■ Partez à la découverte de Vamp City
■ N'oubliez pas de signaler vos absences.
■ Prédéfinis (urgent) famille Lioncourt & Famille Besh<
■ Un problème avec le forum MP Elecktra & Sérèna & Sunako & Yusuke
■ Pensez à voter pour le bien-être du forum !

■ Bientôt la fête de la musique dans City ! Plus d'infos
■ Découvre la Trame de l'intrigue
■ Bienvenue à Selene Besh
Un partenariat ?
Le forum est actuellement en reconstruction ( niveau design et prédéfini), merci de votre patience.
& bonne vacance à vous !!

Forum optimisé pour Mozilla
Le staff

Partagez|

Sea, Sex and Sun. [Pv.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Serena C. Wolfe
Queen Of Night • Si j'étais la méchante dans l'histoire ?

avatar



● Copyright : ©CHERRYLIPS & © freeze

● Age : 27

● MODIFY ? : Elle a volontairement contracté le virus. Ne voulant plus vivre dans l'ombre.

● JOB : Elle est pas la cigale dans la fameuse fable.

● LOGEMENT : Pour l'instant sans logement.

● YOUR FEAR ? : Un peur de perdre à nouveau une personne cher.

● YOUR DREAM ? : Un rêve qu'un mort ressuscite ?
Elle en a aucun pour l'instant.


MY LIFE
● A SECRET ?: C'est un secret!
● BOOK OF THE CHARACTERE:




MessageSujet: Sea, Sex and Sun. [Pv.] Dim 14 Fév - 22:49

L’ennui, la faim, l’attente.

La nuit, c’était toujours le moment, le plus attendu pour notre chère pécheresse. On pouvait tellement retrouver de luxure et d’avarice dans ces rues. Le mal y régnait. La criminalité l’attendait. Elle l’attendait. Sa journée, son regard s’était porté sur une femme, joliment habillé et très bien coiffée, l’ayant suivi, par une odeur de parfum du dernier Chanel, sûrement. Elle l’avait conduit à son appartement, ouvrant la fenêtre, ce fut une grave erreur. Serena pouvait manipuler les esprits faibles tout en leur demandant de leur permettre de rentrer. Un sourire s’afficha. L’hypnose était vraiment un fait qu’elle adorait. Une humaine, qui la vénérait, au point de l’obéir. Elle ouvrit une de ses armoires pour voir qu’est-ce qui y avait d’intéressant dans la soirée. Elle trouva des jolies chaussures à talon ainsi qu’une magnifique robe noir comme la nuit. Elle arrangea ses cheveux pour faire une coupe assez originale.

Le courrier de la jeune femme était posé sur la table, ce qui l’intrigua, c’était les invitations pour rentré gratuitement dans une soirée dans une boîte de nuit. On pourrait dire. Un grand sourire de chasseuse s’afficha sur ses lèvres. Ça devait être une journée assez privée ou autre. De toute façon, un être de la nuit pouvait rentrer quand il le voulait et où il le voulait, bien sûr avec invitation.

L’horloge sonna 10 heures. La jeune femme sortit en la laissant sur une chaise sans âmes qui vivent avant de débrancher l’hypnose pour faire croire comme si elle avait dormie. Une chose est sûre, c’est qu’elle reviendrait quoi qu’il arrive. Un petit bruit singulier s’afficha dans la rue quand elle marchait, ses adorables chaussures. Des personnes la regardaient avec des pensées qu’elle évitait d’écouter, pour éviter de déjà chasser. Elle avait comme même pris soin de prendre un manteau avec son dos nu, il le valait mieux. Serena n’était vraiment pas pressée, arrivé la bas avec une heure ou deux heures de retard ne la gênait pas.


Nous avons toujours tout notre temps.

Après une petite promenade, la jeune femme put enfin profiter et rentrer dans une salle où la corruption avait déjà commencer. Elle entendait des centaines de pensées. Ses pupilles avaient changé de couleur pour devenir plus foncer et plus dilaté par l’envie de s’abreuver d’un ou deux petits humains. La nuit ne faisait que de commencer. C’était un homme qu’elle ne voulait rien d’autre et peut-être une femme comme dessert, ayant un goût plus fruité pour elle. Ses jambes la menèrent au milieu de la piste de danse pour commencer à faire des gestes gracieux. Les hommes ne tardèrent pas à venir pour l’accompagner, voulant plus derrière. Elle choisit une personne au hasard pour sortir avec elle et le mener dans une petite ruelle sans aucun préjudice, mais désert. Il la plaqua contre le mur croyant qu’il allait juste passer un peu de bon temps, mais il allait juste mourir. Le vampire l’embrassait pour s’interrompre, une présence qu’elle n’aurait pas voulu voir ce soir ou peut-être dérangeante.


    You plead with me, shout, scream, tell me I'm staying
    I know I know I know.
    I'm still your love.
    Back from the last place that I wanted to fake you.
    Laugh with me, shout, scream, now tell me you're staying.
    I know I know I know.
    You're still my love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazar V. Caughan

avatar



● Copyright : Double Face (c)

● Age : 23

● JOB : Dealer – Teigne arrogante

● LOGEMENT : Sinistre bicoque

● YOUR FEAR ? : Qui a peur du grand méchant loup ? C'est pas moi, c'est pas moi ! Par contre, toi ... ?

● YOUR DREAM ? : Je ne rêve pas, je ne dort pas, triste pendu suspendu entre le tatare et la terre, agitant mes mandibules sans espoir de rédemption. Alors, j'ai puisque je suis condamné, j'ai décidé de me damner avec application.~


MY LIFE
● A SECRET ?: Des secrets ? Comment ça des [i]secrets[/i] ? Rien à cacher. C'est juste à toi de changer la vérité ...
● BOOK OF THE CHARACTERE:




MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun. [Pv.] Lun 15 Fév - 17:16

    Soupir exalté. Un mignonnet adolescent descendant les marches quatre à quatre, de ses longues guibolles chevalines. Il s’était bien brossé les dents, mais, hormis cela, son apparence restait tout ce qui y avait de plus … douteuse ? A commencer par ce t-shirt serpillère, cette loque ambulante, toute grisonnante. Qui avait du connaître des jours meilleurs. Sur celui-ci s’alignait en caractères criards une inscription déjà à moitié effacée, comme si un ongle sournois avait voulu la faire disparaître à jamais. Ou peut-être le fruit de lavages à répétition ?
    Le jean, lui aussi loqueteux, arborait quelques trous, réminiscences inutiles d’un combat de bestioles enragées. De loups à l’appétit sauvage ? Et enfin, sa crinière en bataille. En dépit de cette apparence, Cedr semblait s’assortir comme un gant à cette ruelle d’un quartier « bien comme il faut ». Une montre pendouillait à son poignet hélas trop maigrelet, splendide montre, qui à elle seule semblait rendre sa superbe et sa dignité au jeune dégingandé. Et, s’éloignant de l’image du garçon quelque peu trash, il devenait désormais un membre de la jeunesse dorée, quelque peu rebelle, néanmoins, tout pouvait être pardonné à un bambin pareil.
    D’où il venait, il ne le savait guère. Une faible odeur d’alcool léchait impudiquement ses narines frémissantes, et semblait vouloir lui faire rebrousser chemin, tandis que les caos, les rebondissements secouaient sa cervelle éblouie, comme il continuait à dévaler les marches. Il était étrange de constater à quel point sa mémoire effervescente lui faisait faux bond, par instant, se retirant dans les lieux les plus impénétrables de sa conscience … ou de son inconscience ? Il n’aurait pas su dire, mais son instinct lui disait vaguement que, s’il courrait, c’était parce qu’il avait de bonnes raisons de courir. Et tout papillonnant qu’il était, il se rendait parfaitement compte que ces raisons ne devaient pas être de très bon augure pour lui.
    Sa main gauche glissait lestement le long de la rambarde, suivant le contour de fer, tournant dans une infernale spirale interminable.
    Jusqu’où s’arrêterait-elle ? Il n’en avait aucune idée. L’amnésie suicidaire ne cessant de glisser tel un délicieux frisson dans son cou, tant et si bien qu’il ne s’aperçu même pas que les jambes frémissantes s’entravaient, que l’escalier de secours semblait basculer dangereusement. Il tenta de ses bras, où les veines saillaient, de se raccrocher à l’air volatile et traître, mais en vain, et son corps fébrile et cassant vint se précipiter au bas des marches avec toute la grâce d’un phacochère. Le premier constat ? Il n’avait rien de cassé, bien sûr, mais le long de son élégante breloque de gamin fortuné coulait un peu de sang. Oh, rien de bien méchant. Juste de quoi éveiller une pulsion animale, un violent coup de pied pour tous ses sens, jusqu’à présent si engourdi. Tant et si bien qu’il commença à voir rouge. Tout rouge. Un tableau barbouillé dans des dégradés de cette si alléchante couleur. Ses oreilles bourdonnantes tout d’abord, puis sifflantes avec une bizarre insistance. Jusqu’à sentir le battement de son petit cœur tout flageolant de tant d’émotions, sous son épiderme blafard.
    Cependant, son estomac s’affolait dangereusement. Non qu’une telle chose le contrariât en général, mais il s’agissait à présent de son petit bras, à lui. Et non de celui d’un étranger, dont il n’aurait eut aucun remords à se repaître. Son cou s’allongeait irrésistiblement vers la petite flaque au creux de son coude, ses muscles se raidissant avec désespoir, sans pouvoir empêcher cette irrésistible avancé.
    Un sourire aigre se fiche sur son minois avenant. Se tord en un rictus dévoré de folie consommée. Quelque chose l’arrête à mi-chemin, alors qu’il tend sa bouche, son gosier desséché vers le liquide tant attendu. Bien sûr, il est si malséant pour une pauvre créature telle que lui de désirer si violemment une telle chose, d’une façon si brute et si aveugle, chose que l’on réserve habituellement aux vampires, mais … une pulsion qu’il avait du hériter de son passé le poussait toujours vers le rouge. Un goût amer, pourtant, commençait à envahir sa bouche. Suivie d’une montée fulgurante de violence. Ses mignons petits poings se serrèrent d’une rage folle, nouvellement acquise, et, sans mauvais jeu de mots, lui vint l’idée … de faire des folies avec. Tout son petit corps maigrichon se contracta dans un spasme glacé.

    Etonnant, songeait-il. Chaque fois, c’était la même chose. La moindre goutte de sang éveillait un instinct effroyablement vorace, remuant ses trippes comme un diablotin pataugeant dans cette amusante machine qu’est le corps humain. Et jouant avec.
    Et cet incident regrettable lui faisait songer à plusieurs choses. La première ? Il était à jeun, ou peut-être avait-il ingurgité une tartine de confiture avec un thé, durant les dernières 24h. Et la seconde ? Que nul assaillant ne le poursuivait. Ce qu’il faisait dans cet escalier de secours ? Il n’avait nul besoin de le savoir, sans doute la paranoïa vis-à-vis d’un regard en biais avait-elle hérissé son échine de chien mal dressé. Rien de plus alarmant. Sa raison ratatinée s’éveillant progressivement dans cet escalier mal lavé, où s’accumulaient quelques débris, déchets.
    Reprenant son souffle, le garçon se releva, tentant d’apaiser désormais la faim qui gargouillait et secouait son petit corps frileux. Ah ! Ils auraient bien rit. Qui ça ? Sa famille. Du moins, les siens, ses semblables, ses pareils. Ceux que l’on nomme simplement lycans. De voir cette pauvre chose rabougrie, apparemment si inapte à se trouver de quoi se sustenter, tout simplement. Afin de subvenir à ses plus élémentaires besoins. Qui plus était, un petit microbe dépossédé de raison. Incapable d’élaborer le moindre stratagème.
    Là était sans nul doute sa grande force, surtout si l’on considérait qu’elle était accompagnée d’une absence totale d’instinct de survie.
    Quoi qu’il en soit, en attendant de revenir à un état plus élémentaire, Cedr cherchait de la nourriture. Oui, vraiment, il aurait été si navrant de se complaire à la simplicité de se dévorer lui-même. C’en aurait été si banal. Presque … vulgaire.
    Il s’empara de la poignée quelque peu déglinguée, et, s’en en avoir une réelle conscience, la tourna, la retourna avec fougueux et hargne, tant et si bien qu’il finit par faire craquer l’objet sous ses légères mains dextres. La porte tourna sur ses gonds huilés, une bouffée d’air frais précipitant sa course, comme pour faire sortir plus rapidement Cedr, enfant de la nuit. Qui avait, somme toute, quelques comptes à rendre à sa vénérable mère. L’adolescent fait donc un pas, puis en enchaîne un autre, délicieuse mécanique, réglée avec la précision d’une horloge. Il faisait un peu froid, dehors. Et le vent s’amusant à taquiner ses cellules nerveuses. Chair de poule. A laquelle succède une nouvelle chaleur confortable. Chair de poule. Quel éclatant petit jeu. Lui-même s’en mêlerait, si quelque chose ne venait pas bousculer son âme animale.
    Sans broncher, cependant, Cedr pivota sur les talons de ses converses, et planta ses mains dans les poches de son jean.
    Silhouette spectrale, de trois-quarts, le dos, à ce qu’il semble, légèrement voûté, épiant avec indécence, le spectacle a priori alléchant de deux bouts de viande. Quoi que ses trippes lui parlent, lui suggèrent, le pressent même de se jeter sur ce plat, l’adolescent n’en fait rien. Laisse son regard errer sur ce couple résolument si … animal ?
    Et pourtant, il s’avança, jusqu’à se retrouver nez à nez avec l’insolent humanoïde débridé.

    « Ca vous embêtes, si on partage. Personnellement, je ne suis pas jalouse. »

    Ce n’est pas à lui qu’il parlait. C’est à elle.
    Et il se demandait même si c’était de lui qu’il parle. Ou d’Elle. Son alter ego, toujours très friande, aux derniers souvenirs, de chair fraîche, et, bien sûr, jumelle dominante, qui se baladait aux commandes de la cervelle du fou. De temps à autre.
    Peu importait. Jamais rien que le fantôme d'une jolie blonde ressemblant trait pour trait à Cedr. Succulente créature nageant dans des abymes de folie consciencieuse et recherchée. Il fallait croire que c'était contagieux.
    Pour la première fois, il regarda la vampire. Elle avait une odeur, à vrai dire. Bien différente du musc de l’homme, sans nul doute ; parfum frais et évanescent de tombeau. Sans la putréfaction, cependant. Qu’une papille non avertie ne saurait déceler.

    Ce n’était pas sa faute, après tout. On ne lui avait jamais appris qu’il ne fallait pas partager son casse-croûte, et encore moins avec son extrême opposé. Et après tout, n’avait-il pas l’air d’un fragile séraphin argenté, dans la nuit noire ? Peut-être le nourrirait on au moins par charité ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena C. Wolfe
Queen Of Night • Si j'étais la méchante dans l'histoire ?

avatar



● Copyright : ©CHERRYLIPS & © freeze

● Age : 27

● MODIFY ? : Elle a volontairement contracté le virus. Ne voulant plus vivre dans l'ombre.

● JOB : Elle est pas la cigale dans la fameuse fable.

● LOGEMENT : Pour l'instant sans logement.

● YOUR FEAR ? : Un peur de perdre à nouveau une personne cher.

● YOUR DREAM ? : Un rêve qu'un mort ressuscite ?
Elle en a aucun pour l'instant.


MY LIFE
● A SECRET ?: C'est un secret!
● BOOK OF THE CHARACTERE:




MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun. [Pv.] Lun 15 Fév - 21:07

Pourquoi on ne prenait pas le temps de voir les choses telles qu’elle était ? La jeune femme manipulait un esprit faible rempli de corruption. Sa main se posa sur l’épaule de sa victime pour poser sa tête dessus, comme un appui. Son regard se posait sur le jeune homme qui se présentait devant elle. Au début, elle fut assez alertée pour le tuer et ne pas laisser de témoin à son petit festin, mais une odeur la chagrina. Une odeur inconnue, jusque là. Cela la dérangeait vraiment, mais pourquoi ? Ses yeux l’observaient de la tête au pied. Il n’était pas un simple humain, mais il avait un cœur qui battait ce qui voulait dire qu’il pouvait être un lycan, une odeur de chien mouillée. Oh Serena, comme tu peux être stupide. La jeune femme n’avait jamais rien eut contre ses chiens de compagnies.

Une question la surprit si elle pouvait partager avec lui ? Pis quoi encore, c’était son homme, son jouet, partagé un formidable jouet. Son envie de le laisser était vraiment vain, pourquoi. Il avait des traits ressemblant à une personne qu’elle connaissait, enfin qu’elle avait connu, un ancien mari, sans importance. L’immortalité avait des points positifs, mais des fois non. Il y avait un air de ressemble, mais il fallait chercher. Elle faillit lui grogner dessus pour le chasser. Elle avait faim mais pas au point de pouvoir partager.

■ Tu ne peux pas te trouver une personne tout seul ?

Sa voix était une pointe plus haute que la moyenne, presque agressive. Puis après, qu’est-ce que cela pouvait lui changer. Elle pouvait trouver d’autres personnes encore plus comestibles et délicieuses. Serena se redressa pour pousser l’homme contre le jeune homme, l’intrus. L’homme avança de trois pas avant de tomber sur les genoux. Un regard affolé aux yeux, la victime du soir regardait tout autour de lui. Serena s’appuya contre le mur avec une jambe un peu pliée, comme dans les vieux films, dévoilant sa jambe. Un piège pour le jeune qui avait demandé charité ?

■ Tiens cadeau, mais pourrais-tu le dévorer sachant qu’il a une famille, une femme, deux enfants qui l’attendent à la maison, le croyant à une fête entre collègues, où je suis allée le pécher. Toujours succulent le diner ?

Sadique dans l’âme, oui, Serena l’était et l’avait toujours été, même si elle essayait et ce côté disparaissait des fois. Heureusement, sinon comment la jeune femme pouvait se montrer un peu humaine envers les personnes qu’elle a en face d’elle pendant la journée ? La jeune femme avait envie de remettre son manteau de grosse garce. Désolée, mais ce terme est celui qui ne pouvait que la décrire. Sa curiosité la poussait à se demander, comment le jeune homme allait se comporter après cet acte ? Oui, elle avait toujours aimé jouée avec le feu.

Mais à quel prix ?


    You plead with me, shout, scream, tell me I'm staying
    I know I know I know.
    I'm still your love.
    Back from the last place that I wanted to fake you.
    Laugh with me, shout, scream, now tell me you're staying.
    I know I know I know.
    You're still my love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lazar V. Caughan

avatar



● Copyright : Double Face (c)

● Age : 23

● JOB : Dealer – Teigne arrogante

● LOGEMENT : Sinistre bicoque

● YOUR FEAR ? : Qui a peur du grand méchant loup ? C'est pas moi, c'est pas moi ! Par contre, toi ... ?

● YOUR DREAM ? : Je ne rêve pas, je ne dort pas, triste pendu suspendu entre le tatare et la terre, agitant mes mandibules sans espoir de rédemption. Alors, j'ai puisque je suis condamné, j'ai décidé de me damner avec application.~


MY LIFE
● A SECRET ?: Des secrets ? Comment ça des [i]secrets[/i] ? Rien à cacher. C'est juste à toi de changer la vérité ...
● BOOK OF THE CHARACTERE:




MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun. [Pv.] Lun 15 Fév - 22:36

    « Sadique ? … J’adore ça. »

    Un sourire exubérant accompagnant sa déclaration acidulé.
    Serena espérait sans nul doute offrir un quelconque dilemme au petit lycan du coin, encore empreint d’une innocence virginale, le confronter à un impossible choix. Et finalement, le garçon se rétracterait, incapable de sacrifier la vie d’un humain, et par la même, celle d’un petit troupeau, contre la satisfaction de ses appétits.

    « Il a une femme, mais visiblement n’a aucun problème quand il s’agit de la tromper dans une ruelle. Il n’a même plus la superstitieux envie d’enlever son alliance quand il la trompe. D’où l’on en déduit aisément qu’il n’est pas un bon mari. La femme ira pleurer un salaire, mais se fera à l’idée que l’assurance vie la comblera bien plus que lui. Quand aux enfants, qu’importe ? Ils s’en foutent sûrement ; je parierais qu’il n’est pas très proche d’eux, et puis, après tout, ça ne fait que retirer de leurs minables vies un mauvais exemple.
    Alors, douce demoiselle des nuits, vous ne m’aurez pas avec de telles considérations. »

    La vérité était tout autre. Ce gentillet récit glacial n’avait fait appel qu’à sa raison, pourtant, la raison qui ne manquait jamais d’excuser les exactions qu’il pratiquait sur les humains était tout autre. Nul ne la connaissant, cette raison enfouie au fin fond de ses entrailles.
    Ces humains finalement si avide d’expérimentations, de bricolage qu’ils en finissaient par utiliser les leurs sur une planchette métallique, couverte d’un simple drap blanc. Mais plus pour longtemps. Ces humains si ingénieux, toujours en quête de savoir ? Oui, mais jusqu’où ? S’ils n’étaient plus capable de fixer de limite à leur soif démentiel de connaissance, alors, ils ne méritaient pas que d’autres se retiennent et les épargnent. S’ils instauraient une véritable loi de la jungle, alors qu’ils assument la boucherie qui en découlerait, en défiant ainsi tout principe moral.
    Cedr possédait encore la marque indélébile de cette remarquable faculté qu’on prêtait aux animaux dotés de raison : l’humanité. Quelle hypocrisie. Il fallait croire que le fer rouge qu’on avait pressé sur son petit corps grelottant, telle une cruelle ventouse avait finit par laisser des séquelles jusque dans ses appétissantes durites. Qui avaient donc choisit de se déconnecter méthodiquement, laissant l’âme sans autre conseiller que les passions. Mais quelles passions … Des passions aigries, écorchées, mises à vif, hirsutes, débraillées, débauchées, malades. Rien de bienveillant n’ayant subsisté en lui. Tout pourrissant sous l’haleine fétide du cynisme le plus carnassier.
    Aussi, quand bien même la chair humaine n’aurait rien été d’autre que le met le plus répugnant à ses papilles excitées, il n’aurait pas bridé sa nature. Par bête ressentiment. Et même, d’une façon primaire, il n’éprouvait pas le besoin de se justifier, quand aux crimes qu’il pouvait commettre, quand aux tortures qu’il pouvait infliger à ceux, qui, autrefois, avaient été ses maîtres. Les humains se confondant tous à ses yeux, nul ne pouvant racheter par sa prétendue vertu la crevure de l’autre. Amoral ? Voilà qui était sans importance. Cedr ne mesurait probablement l’envergure de ses actes, ce décor, ces voix, ces personnes, sa propre folie n’étant sans nul doute qu’un sombre jeu d’une ironie sans pareille. Tout cela servant de divertissement, d’amuse-gueule à une horde d’être supérieur se gaussant de la bêtise, de la petitesse des humains.

    Ce-pensant, l’adolescent au regard pers, au sourire enjôleur, approcha ses pattes habiles du cou de notre homme. Bizarrement réduit à l’état d’un jambon, dans une chambre froide, songeait notre fou. Sa main se dirigea vers la nuque de l’humain, et avec une violence subtilement maîtrisé, enfonça ses doigts maigres de part et d’autre de la colonne vertébrale de l’individu. Avec un craquement sobre, le cadavre se laissa tomber aux bras divinement chauds et maternels de la Mort. Son visage pétrifié dans une expression d’intense angoisse.
    Un instant, Cedr se demanda ce qu’un enquêteur pourrait bien penser d’une telle situation.
    Puis se désintéressa de la question, pour lever son si séduisant visage démoniaque sur la femme.

    « Néanmoins … Partageons ce repas ensemble … Je répugnerais à m’en contenter seul. Il manquerait, je crois, d’un certain … piment ? »

    Ton aguicheur. D’un mauvais goût absolu, au dessus de ce cadavre encore frais, aurait jugé la plupart des gens. Jouant à l’intéressé, sans l’être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena C. Wolfe
Queen Of Night • Si j'étais la méchante dans l'histoire ?

avatar



● Copyright : ©CHERRYLIPS & © freeze

● Age : 27

● MODIFY ? : Elle a volontairement contracté le virus. Ne voulant plus vivre dans l'ombre.

● JOB : Elle est pas la cigale dans la fameuse fable.

● LOGEMENT : Pour l'instant sans logement.

● YOUR FEAR ? : Un peur de perdre à nouveau une personne cher.

● YOUR DREAM ? : Un rêve qu'un mort ressuscite ?
Elle en a aucun pour l'instant.


MY LIFE
● A SECRET ?: C'est un secret!
● BOOK OF THE CHARACTERE:




MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun. [Pv.] Jeu 18 Fév - 0:06

Sadique, oui, c’était un bien joli mot qui convenait à sa beauté extérieur. Un chasseur nait pour tuer et profiter de la vie, une vie remplie de solitude. L’homme la regarda avec un regard désespéré, un regard d’agneau taché de sang déjà avant qu’elle le choisisse. Il n’était l’exemple type du parfait mari, ayant trompé sa femme, ayant de nombreuse conquête, car il avait un bon travail. On pouvait même dire qu’il avait une double vie. Et oui, deux familles, comment cela se faisait-il ? Des voyages d’affaires dans deux villes, il avait cas rentré les weekends pour faire genre : « je suis très pris par mon travail. ». Toujours appuyée contre le mur, elle ne voyait toujours pas sa victime, mais son envie de le gouter avec lui était vraiment intense. Une divine vengeance du mal qui causerait plus tard, c’était aussi un raison de pourquoi elle l’avait choisi. Cet homme était déjà mort dès sa tromperie. C’était une chose qu’elle ne tolérait pas. Un besoin de stabilité la rongeait au fond, mais en étant vampire, ce mot, stabilité, n’existait pas tout comme dieu. Ce traitre avait accordé qu’une horreur se crée eux, les êtres de la nuit, qui souille la terre depuis si longtemps, mais bon, au moins ils mettaient du piquant dans la vie des humains.

Après tout, c’était pas son histoire.

Serena mit sa main dans ses cheveux, d’un calme impénétrable, sauf par une seule chose : la mort d’un humain. Le sang, le bruit de sa colonne vertébrale. Ses pupilles devinrent encore plus noir avec un côté enfui qui resurgit, le seule truc, c’est qu’elle ne pouvait que boire du sang chaud d’un humain vivant, sinon c’était comme du poison, enfin c’était toujours ce qui lui avait appris son créateur. Elle n’avait jamais voulu jouer avec le diable sur ce point-là. Ben oui, il y avait un point, en plus, la chère déesse de la nuit les préférait frais et pas déjà commencer par un batard de loup.

Non, elle n’avait vraiment rien contre eux, mais c’était son instinct. Mais son corps ne bougeait pas, contrôlant cette faim qu’elle avait du contrôlée pour les opérations. C’était l’enfer et pourtant. Ses yeux regardèrent sans vie le cadavre par terre, de cet homme exemplaire, ne réclamant que son sang, mais ce n’était pas du sang chaud, pas comme celui qu’elle sentait juste à côté du cadavre. Elle revoyait un comte dans sa tête celui du chaperon rouge et du loup qui se faisait passer pour la grand-mère.


Mange mon enfant, tu ne sauras que plus succulent.
C’est pour ton bien.

Oui, cette idée traversait le vampire qui quitta ses yeux du cadavre, pour se placer sur la nuque du loup qui avait l’air si bon. Elle imaginait planter ses crocs sur sa nuque, goûté à ce sang, sauf qu’elle conséquence cela produirait. Elle n’osait pas imaginer, mais toutes idées interdites étaient si comment dire palpitant, excitant ? Non, elle ne trouvait pas le mot exact pour le dire. Mais sa peau & son cœur, qui battait, étaient vraiment un point qui n’arrangeait pas les choses. Elle réarrangea sa coupe de cheveux pour essayer d’oublier cette envie qui commençait à la posséder.

C’était un fais interdit.
Et, elle adorait ça.


    You plead with me, shout, scream, tell me I'm staying
    I know I know I know.
    I'm still your love.
    Back from the last place that I wanted to fake you.
    Laugh with me, shout, scream, now tell me you're staying.
    I know I know I know.
    You're still my love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena C. Wolfe
Queen Of Night • Si j'étais la méchante dans l'histoire ?

avatar



● Copyright : ©CHERRYLIPS & © freeze

● Age : 27

● MODIFY ? : Elle a volontairement contracté le virus. Ne voulant plus vivre dans l'ombre.

● JOB : Elle est pas la cigale dans la fameuse fable.

● LOGEMENT : Pour l'instant sans logement.

● YOUR FEAR ? : Un peur de perdre à nouveau une personne cher.

● YOUR DREAM ? : Un rêve qu'un mort ressuscite ?
Elle en a aucun pour l'instant.


MY LIFE
● A SECRET ?: C'est un secret!
● BOOK OF THE CHARACTERE:




MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun. [Pv.] Dim 9 Mai - 21:53

Changement de personnage.
Sujet annulé.
-> Déplacé.


    You plead with me, shout, scream, tell me I'm staying
    I know I know I know.
    I'm still your love.
    Back from the last place that I wanted to fake you.
    Laugh with me, shout, scream, now tell me you're staying.
    I know I know I know.
    You're still my love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé










MessageSujet: Re: Sea, Sex and Sun. [Pv.]

Revenir en haut Aller en bas
 

Sea, Sex and Sun. [Pv.]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AUTRES :: SUJETS TERMINES-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Vampire